Foire aux questions

A propos de nos bourdons

Lors de la pollinisation naturelle, les points forts des bourdons et des abeilles mellifères se renforcent mutuellement.
La plus grande différence entre ces deux types d'insecte est que les bourdons continuent de voler même lorsque les conditions météorologiques sont moins bonnes.
Par exemple, en début de journée lorsque les températures sont plus basses, ou par temps légèrement pluvieux et venteux.
Les bourdons continuent également de butiner dans des conditions de faible intensité lumineuse (par ex. sous les filets anti-grêle). Plus mobiles, ils ont davantage tendance à voler d'un côté à l'autre de votre culture.

Non. Tout comme les abeilles mellifères, les bourdons butinent du nectar, mais ils ne sont pas obligés de le stocker pour survivre durant l'hiver (dans la mesure où les reines sont les seules de la colonie à hiverner). Par ailleurs, la structure des nids de bourdons n'est pas aussi organisée que celles des nids d'abeilles mellifères. Il leur serait donc extrêmement difficile de séparer les réserves de miel des larves, des œufs et du pollen.

Non, le syndrome d'effondrement des colonies ou CCD (pour l'expression anglaise « Colony Collapse Disorder ») est le nom donné à la disparition mystérieuse de nombreuses colonies d'abeilles.
Bien que les causes de ce phénomène restent vagues, il semblerait toutefois qu'il soit imputable à deux facteurs : des parasites et des pesticides.
Dans la mesure où les colonies d'abeilles mellifères survivent à l'hiver dans leur totalité, elles y sont particulièrement sensibles.
Dans le cas des bourdons, seules la reine hiverne et survit. Les bourdons ne sont donc pas touchés par le CCD.


Soyons clairs sur ce point, les bourdons PIQUENT. Toutefois, ils le font uniquement pour se défendre et presque exclusivement quand vous vous trouvez à proximité de leur ruche ou lorsqu'ils sont limités dans leurs mouvements (par ex. quand vous leur marchez dessus ou quand vous les serrez dans votre main). Contrairement aux abeilles mellifères, les bourdons ne laissent pas leur poche à venin dans leur victime et continuent donc de vivre par la suite. Les bourdons sont généralement considérés comme moins agressifs que les abeilles et les guêpes.

Les bourdons et les abeilles mellifères peuvent être utilisés ensemble, mais la plus grande prudence est toutefois de rigueur ici. Les ruches Koppert contiennent un réservoir avec une solution sucrée. Celle-ci peut attirer les abeilles mellifères, surtout en l'absence de fleurs à proximité. Si les abeilles mellifères se mettent à « piller » les ruches, la santé et la longévité de ces ruches peuvent être compromises. Lors de l'utilisation simultanée de bourdons et d'abeilles mellifères, Koppert recommande de séparer les deux types de ruches d'une distance minimale de 90 à 100 mètres. Il est également conseillé d'introduire les abeilles mellifères un rien plus tard, lorsque 5 % au moins de la culture est en fleur.

Tout comme les abeilles mellifères, les bourdons sont sensibles à certains produits chimiques. Pour savoir quelle conduite adopter lors de la pulvérisation de produits chimiques, consultez la page consacrée aux effets secondaires ou contactez votre représentant Koppert.

La solution sucrée et le pollen contenus dans les ruches peuvent attirer d'autres insectes et animaux. Si la majorité des insectes attirés par les ruches sont nuisibles, ils n'influencent pas la viabilité des bourdons et des abeilles mellifères. Les animaux, tels que les ours, peuvent par contre constituer une menace nettement plus grande. En présence d'ours, il est recommandé de placer des clôtures de fil barbelé électrifié autour des unités Tripol/Quad.

A propos de nos produits : Natupol et Tripol/Quad

La boîte est un élément à part entière de l'unité de pollinisation et ne peut donc pas être séparée du reste. Elle protège les ruches des intempéries et ses propriétés isolantes évitent aux bourdons de gaspiller leur énergie à la régulation de la température dans les ruches lors de conditions météorologiques changeantes.

La production de bourdons (de la reine à la colonie) nécessitant plusieurs mois, il est conseillé, en cas de commande importante, de prendre contact avec Koppert ou avec un de nos distributeurs de 12 à 14 semaines à l'avance, pour être assuré d'une livraison dans les délais.
En règle générale, les petites commandes peuvent être livrées en quelques jours.

Le nombre recommandé d'unités Natupol, Tripol ou Quad par acre varie en fonction de la culture, de l'environnement et de la présence d'autres pollinisateurs naturels ou commerciaux, comme les abeilles mellifères. Nous vous recommandons de vous adresser à votre conseiller en culture fruitière ou votre distributeur ou de nous contacter directement pour savoir le nombre de ruches nécessaires dans votre cas.

Les ruches de bourbons sont proposées dans deux modèles. Le modèle Natupol contient une colonie et peut être utilisé dans des cultures couvertes. Renfermé dans une boîte plastique isolante, le modèle Tripol contient trois colonies et peut être utilisé à l'extérieur. En Amérique du Nord, une version contenant quatre colonies est également disponible. Baptisé Quad, ce modèle convient aux cultures extérieures.

Oui. Tous les produits de protection intégrée des cultures proposés par Koppert peuvent être utilisés sans aucun problème en combinaison avec des bourdons.

A propos du placement des ruches

Koppert recommande de placer les ruches lorsque 5 à 10 % de la culture est en floraison.

Les colonies ont une longévité d'une saison, soit six à huit semaines environ. A la fin de la saison, elles meurent naturellement.

Koppert recommande de placer les unités Tripol/Quad intactes (avec trois/quatre colonies de bourdons) dans le champ, selon une disposition en échiquier, en veillant à laisser la même distance entre chacune des unités. S'il est impossible de placer les unités Tripol/Quad dans le champ, celles-ci doivent être placées à intervalles réguliers sur le pourtour de la culture. Pour d'autres conseils sur le placement de ruches, consultez le guide de produit des ruches Natupol, Tripol ou Quad.

Aussi bien le ruches Natupol que les ruches Tripol/Quad peuvent être déplacées au sein d'une même culture cible, ou d'une culture à l'autre se caractérisant par des périodes de floraison successives.
Environ quatre heures avant le coucher du soleil, baissez la languette de manière à ce que les bourdons puissent rentrer dans la ruche mais ne puissent plus en ressortir (une seule ouverture visible).
Au bout de deux heures maximum, tous les bourdons sont rentrés et la languette peut être complètement fermée. Placez alors les ruches sur leurs nouveaux emplacements.
Attendez ensuite une demi-heure avant de rouvrir la ruche, afin de permettre aux colonies de bourdons de s'acclimater.

Chaque ruche a une entrée et une sortie. La languette située dans la porte permet de fermer la sortie de la ruche. Au moment de rassembler toutes les ouvrières dans la ruche, baissez doucement la languette et placez-la dans la position permettant aux bourdons de rentrer dans la ruche mais de ne plus en ressortir. Le mieux est de faire cela avant le lever du soleil lorsque les bourdons sont les moins actifs. Maintenez la porte dans cette position pendant deux heures minimum après le lever du soleil afin de vous assurer que tous les bourdons sont bien rentrés à la ruche. Fermez complètement la ruche avant de procéder à l'application de produits chimiques. Les bourdons doivent rester dans les ruches pendant la période d'attente recommandée.


On observe parfois un phénomène de sur-pollinisation dans les cultures en serre de fraises, lorsque les bourdons sont affamés. Ils secouent les anthères des fleurs avec une telle vigueur qu'ils finissent par endommager le fruit, ce qui peut entraîner des malformations et parfois l'apparition de taches noires sur les fruits. Etant donné le côté « explorateur » des bourdons, ce comportement ne constitue jamais un problème lors de pollinisation en extérieur. Lors de la pollinisation d'une culture couverte, ce phénomène a uniquement été observé dans les cultures de fraises, lorsque les densités de bourdons sont trop importantes. Pour savoir le nombre de ruches devant être placées, faites appel à votre conseiller.