NatuGro, l’innovation pour piloter les équilibres naturels

M. Laurent Sibiodon est producteur de tomate depuis 1986. Il produit en plein champ, mais également sous abris, en sol une belle gamme de diversification depuis 2000. La SARL Jardin d’Ardèche produit également des fraises et  des semences.
Tomates Cœur de bœuf, Marmande, Noire de Crimée et Cornue des Andes profitent du beau climat Ardéchois, mais aussi depuis cette année du programme de pilotage des équilibres naturels NatuGro. M. Sibiodon est accompagné dans sa Protection Biologique Intégrée par Audrey Vignaud, conseillère technique pour Koppert France depuis 9 ans sur tout le bassin méditerranéen. Témoignage sur ce nouveau programme NatuGro qui , lancé depuis 3 ans maintenant convainc de plus en plus de producteurs.
Quelles étaient vos attentes vis-à-vis du programme NatuGro ?
Laurent Sibiodon : je dois faire face à une fatigue de sol notable, avérée et mise clairement en évidence par voie d’analyse en 2016, avec présence de Verticiliose. Je recherchais donc avant tout une amélioration du système racinaire, un accompagnement du végétal pour renforcer la vigueur et la résistance aux stress abiotiques de la plante notamment sur la période estivale. Je visais également une limitation des pertes racinaires estivales.  Mon autre objectif est en continuité avec ma démarche de biocontrôle, entamée depuis 20 ans : réduire au maximum les traitements phytosanitaires.
Audrey Vignaud : Le programme NatuGro est récent chez Koppert. Il permet de travailler finement les équilibres biologiques en présence au niveau du végétal. Il allie biostimulation et biocontrôle. L’intérêt de cette démarche novatrice est de mettre en synergie différentes solutions naturelles ayant des rôles et des objectifs complémentaires. Les retours des différents témoignages sont très positifs et nous permettent de venir renforcer la démarche de PBI.
Pouvez-vous nous décrire rapidement le programme concrètement ?
Audrey Vignaud : Le programme NatuGro proposé ici  est centré sur l’utilisation du TRIANUM, solution à base du champignon bénéfique Trichoderma harzianum. A ce biofongicide, on associe 3 biostimulants : VIDIPARVA (développement génératif), VIDIFORTUM (développement végétatif) et VIDITERRUM (gestion des stress abiotiques). Le programme démarre dès le stade pépinière. Il y a des apports réguliers et des renforts selon les étapes clés et les stades phénologiques de la culture. Plantation, première récolte, début d’été sont des moments critiques où le programme accompagne véritablement la culture. Nous nous adaptons également aux périodes de stress subies, comme ici des périodes de températures extrêmes. Cet été , en juillet on a enregistré 24 jours où la température a dépassé les 30°C ( dont 5 supérieurs à 35°C) et en août, 18 jours avec température supérieure à 30°C (dont 10 supérieurs à 35°C). Pour Laurent Sibiodon, le programme est très facile d’utilisation, il ne présente pas de contraintes.
Quels sont les observations qualitatives que vous relevez pour cette première saison NatuGro ?
Laurent Sibiodon : J’ai observé un effet visuel très net sur l’expression de la maladie des taches brunes. En effet, la présence de taches anguleuses nécrotiques a été beaucoup plus faible que d’habitude. Les années passées, la pression est forte sur mon entreprise, notamment  sur Noire de Crimée qui y est très sensible et sur Cœur de bœuf (Coralina) dans une moindre mesure. Les ¾ de la plante pouvaient présenter des symptômes nets, avec une progression du bas vers le haut. Je n’ai jamais vu de plantes Noire de Crimée aussi belles que cette année. Ce n’était pas une attente première vis-à-vis du programme NatuGro mais c’est un atout fort qui s’est révélé tout au long de l’année.
Je constate aussi des plantes plus fortes, avec moins de nécroses apicales. Quand il y en a, notamment après les grosses chaleurs de juillet, elles sont moins accentuées, ce qui permet malgré tout une commercialisation possible. Le système racinaire est puissant.  Je relève enfin une pression oïdium moins forte que les années passées.
Et d’un point de vue production, qu’en est-il cette année ?
Laurent Sibiodon : Pour l’instant, j’enregistre une augmentation de rendement de 10 à 12 % par rapport à l’an dernier. C’est intéressant, mais je réserve ma conclusion à la fin de culture car le climat 2017 est très différent de 2016. Cette saison, je suis rentré plus vite en production, le printemps était mauvais en 2016, la production patinait. Difficile de distinguer la part liée au climat et à NatuGro. Si l’effet bénéfique de NatuGro sur le rendement se poursuit, c’est plus sur la fin de récolte qu’on devrait le voir, notamment avec l’été très stressant pour la plante en 2017. Je vais comparer les rendements de début août à fin octobre avec attention.  En revanche , d’un point de vue plus direct sur la culture, ce que j’ai pu observer, ce sont des plantes qui ont mieux passé l’été, plus végétatives que les années passées. Le climat 2017 a été très difficile avec de grosses chaleurs arrivées plus tôt, dès juin, et qui ont perduré dans l’été. Nous avons eu beaucoup de périodes avec des températures supérieure à 30°C dans la serre. Aujourd’hui, les cultures sont  encore belles malgré ces stress. Les deux derniers bouquets Cœur de bœuf nouent correctement en ce moment. Les années passées nous avions beaucoup d’à-coups. J’ai eu beaucoup moins de plantes qui lâchent par rapport aux années passées.
Alors, votre avis final sur ce programme NatuGro ?
Laurent Sibiodon : Je suis très sensibilisé depuis une vingtaine  d’années à la réduction des intrants chimiques, NatuGro me permet d’aller dans ce sens. C’est fondamental pour moi, par conviction personnelle vis-à-vis de l’Environnement et par confort également. Les variétés que je propose demandent une récolte quotidienne et un circuit court qui m’engagent à une qualité optimale du produit. Je vais continuer ma démarche NatuGro. Je retiens aussi que ma problématique de taches anguleuses récurrente est levée et c’est vraiment un point fort pour mon exploitation.

Mieux comprendre la démarche NatuGro : carnets des témoignages 2015, 2016 sur simple demande. Carnet 2017 en cours

Plus d'informations ici