Erysiphe, Podosphaera, Oïdium, Leveillula

Oïdium

Généralités

L’oïdium est une maladie fongique qui est provoquée par plusieurs espèces différentes de champignons telles que Erysiphe, Podosphaera, Oïdium, Leveillula.

Cycle de développement et caractéristiques de l’oïdium

Les champignons responsables de l’oïdium (Erysiphe, Podosphaera, Oïdium, Leveillula) sont tous des parasites biotrophes, signifiant qu'ils se nourrissent de cellules végétales vivantes et ont du mal à survivre en l’absence de plantes cultivées. Ils survivent à l’état d’ascospores ou de périthèces, des structures contenant les ascospores. On n’a pas encore trouvé d’ascospores pour toutes les formes d’oïdium et, notamment en cultures sous serre, ils ne participent pas à l’infection épidémique.

Les spores fongiques germent à la surface des feuilles et les tubes germinatifs s’y développent et s’y ramifient. De petites structures, les haustories, sont produites, à partir desquelles le champignon pénètre les cellules végétales et absorbe les nutriments de leur couche épidermique. La majeure partie de la moisissure reste sur la surface extérieure de la plante. Sur ce mycélium se forment de nouveaux conidiophores, les structures contenant de nouvelles spores, les conidies. Ces conidiophores constituent la croissance fongique duveteuse caractéristique de l’oïdium. En cultures de poivrons uniquement, l'infection (par Leveillula taurica) s’effectue par les stomates et le champignon se développe à l'intérieur de la feuille. Puis, les conidiophores émergent aussi des stomates.

Les conidies sont le moyen de dispersion le plus efficace. Elles sont dispersées par le vent, tout comme les ascospores. En général, les champignons responsables de l’oïdium ne sont pas très résistants à l’eau, si bien que la pluie limite le plus souvent l’infection épidémique. Par conséquent, la dispersion des spores par la pluie est négligeable, ces derniers explosant lorsqu'ils restent quelques heures au contact de l’eau.

Les spores de l’oïdium, que ce soit des ascospores ou des conidies, n'ont pas besoin de nutriments ni d’eau pour germer. Le développement de l'infection est généralement plus rapide entre 18 et 25 °C. Une humidité relative (HR) élevée stimule la germination des spores mais inhibe la production de spores, si bien que son incidence reste faible. Le vent et les courants d’air dans les serres favorisent la maladie. Sous serre, la dispersion des spores sur de courtes distances (durée limitée) s’effectue essentiellement par le biais des vêtements de travail.