Mycosphaerella cucumis (Didymella bryoniae)

Chancre gommeux du concombre

Généralités

Mycosphaerella cucumis (Didymella bryoniae) est un phytopathogène fongique qui provoque le chancre gommeux du concombre.

Cycle de développement et caractéristiques du chancre gommeux du concombre

Mycosphaerella cucumis survit dans les débris végétaux et produit simultanément les ascospores sexuées et les conidies asexuées. Les spores germent en présence d’eau sur la plante, à une humidité relative (HR) élevée et sur les plaies. Les feuilles peuvent être infectées directement, par les plaies, par les hydathodes (extrémité des nervures) ou par la base des poils. L’infection atteint les tiges par les plaies et les pétioles des feuilles infectées. Les fruits sont infectés par les fleurs. Les nouvelles ascospores sont dispersées par le vent et les conidiospores par les gouttes d’eau, les outils et la manipulation. En culture les ascospores sont la principale source de dissémination ascendante, et les conidies de dissémination descendante de la maladie.

Dégâts et symptômes

En culture de concombres, Mycosphaerella cucumis est responsable de lésions brunes sur la racine et plus haut sur la tige. Des gouttes gommeuses brun doré apparaissent sur les lésions, d’où le nom de chancre gommeux du concombre. Puis des taches noires apparaissent, formant les corps fructifères des spores. Des lésions rondes et s’élargissant peuvent apparaître sur les feuilles. En culture de concombres, le symptôme le plus important est la pourriture interne du fruit, uniquement reconnaissable par le rétrécissement sensible de la tige des fruits matures. Les symptômes sur les tiges, les feuilles et à l’intérieur des fruits peuvent être tous présents ou se limiter à un seul symptôme.

Comment prévenir le chancre gommeux du concombre

Avant la culture :

  • Enlever tous les débris végétaux et désinfecter la serre
  • Choisir un cultivar qui est moins sensible à la pourriture interne du fruit
  • Utiliser un matériel de multiplication propre

Durant la culture et entre les récoltes de concombres successives :

  • Enlever les vieux plants au ras du substrat sans laisser de souches susceptibles de servir de source d’inoculum à la nouvelle culture
  • Éviter la condensation sur toutes les parties de la plante
  • Augmenter la dose de silice et/ou de calcium dans la solution nutritive pour durcir les parois cellulaires et rendre ainsi l’accès plus difficile au champignon.
  • Cueillir les fleurs dans les deux jours suivant la floraison dans les zones suspectées d’infection
  • Se débarrasser des feuilles mortes et malades

Prévenir les maladies foliaires en optimisant le potentiel des plantes et la résistance des cultures.

Entrer en contact avec un expert

Koppert Biological Systems

Thanks for your request!

Something went wrong, please try again

Vous désirez en apprendre davantage à propos de notre entreprise et nos produits ? Entrez en contact avec un expert.
Nos produits et solutions sont destinés aux professionnels de l’agriculture, de l’horticulture et des Espaces Verts..

Abonnez-vous à notre Biojournal

Les dernières nouvelles et informations sur vos cultures vous parviendront directement dans votre messagerie électronique

Défilement vers le haut